Le marché aux truffes de Lalbenque

Mardi 13 Janvier. Il ne fait pas bien chaud à Lalbenque ce matin là, célèbre et minuscule village du Quercy près de Cahors.

Les dénicheurs de truffes sont déjà en place sur un seul rang, serrés les uns à côté des autres tout au long de la rue principale sur au moins 100 mètres. Devant chacun d’entre eux, quelques planches jetées sur des mini tréteaux en guise de tables présentent des paniers en osier de toutes les tailles qui recèlent leur trésor noir à l’abri d’un torchon à carreaux rouges.

Peu de clients apparemment ce matin, le marché à lieu chaque mardi de Janvier à Mars, les regards semblent angoissés, la denrée rare et merveilleusement odorante va t elle trouver preneur au prix annoncé? On peut acheter au détail (900 euros le kilo), ou bien au panier (500 euros le kilo). Le malheur des autres fera l’aubaine des uns ce jour là.

Le soleil s’est levé, il fait bon dans le sud ouest. Après avoir eu le plaisir indescriptible de pouvoir renifler à grandes respirations profondes et enivrantes, le contenu de dizaines de paniers, notre choix l’emporte sur une poignée de truffes de taille moyenne. Fragile perle noire ou melano sporum, il faudra la consommer tout de suite, et congeler le reste. A peine rentrés dans notre bourgogne pluvieuse, je prépare un festin! Truffes en mouillette, et oeuf à la coque, pâtes aux truffes et au beurre, beaucoup de beurre…

Et je réserve les autres pour la soupe à la courge aux truffes recette que me suggère le chef Kito Droulin de mon école de cuisine préférée du moment, s’il était moi.