Un petit verger d’oliviers en Provence

Me voilà propriétaire d’une petite parcelle de 36 pieds d’oliviers lovée au pied du château des Baux qui surplombe la plus belle vallée au monde. Un jardin de paradis. Si je mets mes mains en visière, je peux voir la mer jusqu’à Marseille.

N’est-ce-pas une blanche colombe qui apporta le rameau vert à Noé dans son arche, n’est ce pas de l’or qui coule de son fruit? Cet arbre immortel au tronc torturé, aux feuilles vifs argent est un symbole de vie éternelle. Ses branches s’élèvent gracieusement vers le ciel ou tombent légèrement vers la terre, elles bruissent au vent, elles se colorent aux rayons du soleil, elles racontent des histoires, elles inventent des poèmes, elles dessinent des allégories, et des métaphores, elles inspirent, elles ressourcent.

Mon huile sera douce et bonne.